top of page
  • Photo du rédacteurGuillaume Dubigny

Vocabulaire de la musique électronique #2

Aiwake – Palm City


Label : Majestic Casual Records

Date de sortie : 29 octobre 2018


Lien vers la musique : Extrait

Passage commenté de 2min42 à 3min00.


La sonorité générale du passage est assez sourde. Le synthétiseur joué en accord sonne râpeux. Il contient des artefacts rapprochant ainsi le son vers le souffle du vinyle. L’impureté se transpose dans le domaine des hauteurs : les notes sont légèrement désaccordées, le temps semble au ralenti avec des effets rythmiques de pompes. L’ambiance générale s’installe dans l’esthétique de la vieillerie.


Aiwake contraste le son de la machine épuisée avec des percussions. Les hi-hat (ou charleston) sont brillantes et percent le tissu sonore légèrement voilé.


Le kick (ou la grosse caisse) est ferme et agressif avec une présence lourde dans les graves.


Le tout est parsemé de bribes vocales plus ou moins lisses.


Squarepusher – Detroit people mover


Label : Warp Records

Date de sortie : 16 avril 2020


Lien vers la musique : Extrait

Passage commenté de 2min10 à 2min22


Dans ce morceau, Squarepusher joue avec la monodie et du layering (fait de compresser plusieurs types de sonorités pour donner l’impression d’un seul instrument). Ici, quelques notes du thème principal se fondent dans leur octave générée avec un léger temps de décalage. L’instrument plus aigu semble fantomatique avec une dynamique lente pour son attaque et sa chute. Les notes de l’instrument medium ont un son métallique assez doux.


Le synthétiseur jouant des accords a une présence dans les fréquences plus graves. Il est chaud et gras.


Stimming x Lambert – Edelweiss


Label : KRYPTOX

Date de sortie : 22 janvier 2018


Lien vers la musique : Extrait

Passage commenté de 0min40 à 00min50


Le projet artistique de ce morceau est de mélanger la texture du piano avec celle de l’électronique.


Ainsi, la sonorité du piano mis en avant dans ce projet est très différente de celle de Kmyle dans Constantine (voir vocabulaire de la musique #1). Ici, le son est plus feutré, l’attaque est dure, il a une couleur mate étant donné que les fréquences aigues ne sont pas présentes, malgré les hauteurs élevés des notes jouées.


Les notes du piano engendrent par moment un grésillement qui surgit. Le volume de cette sonorité varie dans le temps jusqu’à faire hurler la distorsion.


Ce piano est accompagné de percussions composées de toms rondes et résonnantes et de légers hi-hat assez secs. Un leitmotif mélodico-rythmique ponctue le morceau. Il est assez lointain et est difficilement intelligible. Il ressemble à un élément vocal légèrement écrêté.


Enfin, le kick est court, net et impactant.


Jives – Fossils


Label : Lopills

Date de sortie : 28 septembre 2021


Lien vers la musique : Extrait

Passage commenté de 00min47 à 00min58


Cet extrait est un exemple typique de la musique Lo-fi.


La rythmique est de style boom-bap. Le kick martèle le rythme en trouant le tissu sonore. Les multiples éléments percussifs sont pleins, mats et sont parsemés dans le panoramique.


La couleur du piano est claire. La réverbération des notes est diffuse, ce qui entraîne une longue traîne.


Le son du thème principal comporte beaucoup de souffle, est assez chaleureux, terreux, doucereux. Il est accompagné d’une basse qui gronde sourdement et d’un contrechant vibrant légèrement désaccordé.


Enfin, en fond, une nappe sonore éthérée décore le lieu sonore.

bottom of page